Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 09:22

 

2012.09.21.Affiche conférence hydrogéologie - Copie

 

 

• Le conférencier Gilles Bresson 

 

 

 

 

Gilles Bresson , scientifique de formation et hydrogéologue, ancien chef du Service départemental d'hydrogéologie en Meuse puis en Vendée , est à l'origine de la découverte des eaux souterraines du Sud-Vendée et de la méthodologie de prospection de ces eaux dans les massifs granitiques. 

 

Lors de sa conférence , Gilles Bresson nous a exposé avec rigueur et passion des notions fondamentales de l'hydrogéologie : la nature , les paramètres physico-chimiques et l'alimentation des nappes d'eaux souterraines ; les méthodes et les techniques de prospection et d'exploitation des eaux souterraines.

 

Son exposé s'est appuyé sur un diaporama au contenu riche et bien illustré.Ses explications , émaillées de récits de ses expériences de pionnier de l'hydrogéologie en Vendée , ont pleinement satisfait l'auditoire.

 

L'AVG , Association Vendéenne de Géologie , remercie Gilles Bresson pour sa conférence qui permet d'enrichir les connaissances de ses adhérents dans une science à l'interface de la géologie  et des sciences physiques : l'hydrogéologie.

 

Jean Chauvet , Président de l'AVG

 

 

 

 

 

• Plan de la conférence de Gilles Bresson

 

 

Plan conférence HYDROGEOLOGIE Plan conférence HYDROGEOLOGIE

 

 

 

 

 

• Diaporama de la Conférence de Gilles Bresson

 

 

en un seul fichier  

Conférence HYDROGEOLOGIE G.Bresson Conférence HYDROGEOLOGIE G.Bresson

 

 

en deux fichiers

 

Segment 001 de Conférence HYDROGEOLOGIE G.Bresson Segment 001 de Conférence HYDROGEOLOGIE G.Bresson

Segment 002 de Conférence HYDROGEOLOGIE G.Bresson Segment 002 de Conférence HYDROGEOLOGIE G.Bresson

 

 

 

 

Pour des informations complémentaires , vous pouvez contacter par mail Gilles Bresson

 

bresson.gilles@orange.fr

Repost 0
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 17:35

 

Les variations climatiques du Quaternaire

 

 

Indices , caractères , causes et conséquences

 

 

Auteur : J.Chauvet


 

Glaciation globe

 

 

 

Les variations climatiques IV.Diaporama Les variations climatiques IV.Diaporama

 

 

 


Repost 0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 16:12

 

 

Couverture.jpg

 

 

Ce diaporama décrit la fabrication d'un bas-fourneau et la réduction du fer par l'Association Vendéenne de Géologie , sous la conduite de Jean-Claude Leblanc, chercheur en paléosidérurgie, associé à  l'UMR 5608, CNRS, UTAH, Université de Toulouse II - Le Mirail .


L'expérimentation s'est réalisée le samedi 16 et le dimanche 17 octobre 2004, chez Monsieur et Madame Giraudeau, à Sainte-Hermine.A cette occasion l’AVG avait invité des membres du Groupe Vendéen d'Etudes Préhistoriques à participer.

Jean-Claude Leblanc a donné aux participants les instructions pour construire le four le samedi et conduit la réduction du fer le dimanche.

Sa démarche de chercheur était dictée par deux objectifs principaux :

- Utiliser les produits locaux, argile* et minerai de fer*, et les méthodes historiques pour tenter d’obtenir les mêmes produits que ceux trouvés par les archéologues .

* Argile de la carrière de la Bretaudière (85310 - Chaillé-sous-les-Ormeaux).

* Minerai de fer de la Ferrière (85).

 - "Transmettre un savoir-faire pour conserver ces techniques anciennes dans notre patrimoine culturel".

 

 

Le bulletin 2004 de l'AVG contient un article de Claire König relatant , de façon détaillée , les conditions et les étapes de l'expérimentation. 

 

Cliquer sur les liens suivants : 


Segment 001 de Diaporama red.fer - J.Chauvet.AVG Segment 001 de Diaporama red.fer - J.Chauvet.AVG

Segment 002 de Diaporama red.fer - J.Chauvet.AVG Segment 002 de Diaporama red.fer - J.Chauvet.AVG


Repost 0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 10:05

 

 

La mine de charbon de la Marzelle

 

1878 - 1884

 

 

Dossier de Luc Brusseau - 2012

 

 

Photo-page-Marzelle.jpg

 

 

 

lien

 

 

Mine de charbon de la Marzelle C Mine de charbon de la Marzelle C

Repost 0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 18:17
Repost 0
Published by avg85jc - dans Carnets de voyages
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 16:48

 

 

Les traces de l'impact météoritique de Rochechouart


 

 

 

A la limite entre le Limousin et la Charente, Rochechouart est une petite sous-préfecture de la Haute-Vienne, de moins de 4000 habitants, connue pour deux raisons :

- Les vicomtes de Rochechouart sont la plus vieille famille noble actuelle. Ce nom est très répandu dans divers patronymes à Paris.

- L'astroblème gigantesque, seulement élucidé en 1967.

 

Bien sûr, c'est cette seconde particularité qui nous a poussé au voyage !

 

Au détour d'une petite route sinueuse, voici château et clocher perchés sur un plateau.  


11

 

 

 

 

Le château,imposant.

 


 

12

 

13

 

 

Dans le parc public qui le jouxte, la roche n'est pas facile à identifier.

 

14

 


En flânant dans une ruelle, observons un muret aux pierres jointées à la chaux.

L'aspect de ces pierres est inhabituel.

 

21

 

 

22

 

 

24


Autant de variété interpelle : ces pierres ont une histoire, sans doute…complexe !

 



L'église

 


Le toit vrillé n'est pas banal. Voilà un charpentier qui cherchait la difficulté ! 


 

31

 

 

Les colonnes encadrant le porche d'entrée sont d'une couleur grise qui tranche avec les pierres voisines.

 

32

 

 

33

 

En regardant de près dans ces pierres grises, on y voit des détails curieux :

 

- du granite noyé dans une pâte,

 

34

 

-  du gneiss dans la même pâte,

 

35 

 

ou bien ,         

 

36

 

ou encore.    

 

37


 Plus loin, une pierre ressemble à une "brèche", avec ses morceaux anguleux enchevêtrés.

 

38

 


En 1967, François Kraut, (1907-1983) géologue au Muséum de Paris, démontre que ces diverses roches sont la preuve de la chute d'une grosse météorite qui a eu lieu vers –200 Ma.

Le "Musée de la météorite" de Rochechouart sera créé en 1995. Devant la porte, sur le sol, voici un échantillon verni de la "brèche de Rochechouart".

 

41

 

 


Visite du musée

 


Des  panneaux  bien composés expliquent le cataclysme.L'événement est daté de 200 Ma environ.

 

 

42

 

 

A cette époque, les continents étaient presque tous soudés pour former la Pangée.

 

 

43

 

 

L'impact fut d'une extrême violence.


44

 

 

Pendant longtemps, il en a résulté un cratère circulaire de 20 km de diamètre et 2 km de profondeur.

 

45

 


Le fond plat était recouvert par les débris retombés et inclus dans la roche fondue sur une épaisseur de 100 m.  Après refroidissement, cette matière a donné des "brèches" caractéristiques.


46

 

 

De nos jours, l'érosion a totalement détruit le cratère et l'a même sur-creusé de façon telle que Rochechouart est actuellement perchée sur un plateau.

 

47

 

48

 

 

Ces brèches ayant servi de pierres de construction, c'est donc dans les murs qu'on les observe le mieux. Ici comme ailleurs, c'est dans les murs à faible valeur architecturale qu'on trouve le plus sûrement les pierres issues directement du sous-sol d'un site !

 

Echantillons de  diverses brèches exposées :

 

 

51

 

 

52

 

 

53

 

 

La violence des impacts météoritiques modifie les roches qui deviennent des "impactites". Elles sont identifiables de deux manières :

au niveau microscopique :  les grains  de "quartz choqués" visibles en lame mince.

 

54

 

-        au niveau centimétrique : les "cônes de percussion" .


 55

 

 

56

 

25

 

 

 

La Terre est continuellement bombardée de météorites. Heureusement que les plus grosses et les plus dévastatrices sont rares !  

 

57

 


Le musée montre aussi la coupe du fond du cratère à la carrière de Champagnac .


61

 

 

Allons voir cette carrière qui exploite la roche située sous l'impact.

 

62

 

 

Une partie du site de l'astroblème* ( 50 ha) a été classée en 2008. Elle est ainsi protégée. Il est donc interdit de ramasser le moindre caillou. A l'évidence les plus typiques ont déjà disparu !

*Astroblème : créé par l'impact météoritique 

Depuis qu'on évoque le rôle d'une météorite dans la disparition des dinosaures, la chute des plus grosses météorites interpelle, même si la trace au sol n'est plus visible.

Cette météorite de Rochechouart avec ses 1500 m de diamètre, 6 milliards de tonnes et lancée à 22 km/s a dû faire de gros dégâts. Elle et sans doute provoqué un changement climatique fatal à la biosphère sur un vaste territoire équivalent à la surface de la France.

Ce projectile provient probablement de la ceinture des astéroïdes située entre Mars et Jupiter.

On est un peu déçu par la géographie actuelle du site car on ne voit pas un cratère comme celui du "Meteor Crater" de l'Arizona  qui ne date que de 40 000 ans.

 

71crater

 

Cependant, la promenade dans les ruelles de Rochechouart et surtout la visite du très beau musée de l'astroblème valent le détour.

 

Enfin, quand vous viendrez, il ne faut pas manquer les ruines des thermes romains de Chassenon, commune très proche, et construits avec les roches de l'astroblème.

 

 

Article réalisé à partir de deux visites, une personnelle en 2004 et une seconde avec l'AVG 85  en 2008,

                                                         

 

 

Pour en savoir davantage :      


http://ma-tvideo.france3.fr/video/iLyROoafJlUE.html

http://www.brgm.fr/brgm/divers/rochecho1.htm

http://www.astrosurf.com/astrojanus/Robert.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Astrobl%C3%A8me_de_Rochechouart-Chassenon

http://meteorites.superforum.fr/forum

 

Texte et photos de  Pierre GIBAUD 


 

Autre article : AVG - Bulletin 2008 - "Sur les traces du cratère météoritique de Rochechouart" de C.König

AVG.Bulletin 2008 AVG.Bulletin 2008

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by avg85 - P.Gibaud - dans Carnets de voyages
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 16:12

 

 

Couverture.jpg

 

 

Ce diaporama décrit la fabrication d'un bas-fourneau et la réduction du fer par l'Association Vendéenne de Géologie , sous la conduite de Jean-Claude Leblanc, chercheur en paléosidérurgie, associé à  l'UMR 5608, CNRS, UTAH, Université de Toulouse II - Le Mirail .


L'expérimentation s'est réalisée le samedi 16 et le dimanche 17 octobre 2004, chez Monsieur et Madame Giraudeau, à Sainte-Hermine.A cette occasion l’AVG avait invité des membres du Groupe Vendéen d'Etudes Préhistoriques à participer.

Jean-Claude Leblanc a donné aux participants les instructions pour construire le four le samedi et conduit la réduction du fer le dimanche.

Sa démarche de chercheur était dictée par deux objectifs principaux :

- Utiliser les produits locaux, argile* et minerai de fer*, et les méthodes historiques pour tenter d’obtenir les mêmes produits que ceux trouvés par les archéologues .

* Argile de la carrière de la Bretaudière (85310 - Chaillé-sous-les-Ormeaux).

* Minerai de fer de la Ferrière (85).

 - "Transmettre un savoir-faire pour conserver ces techniques anciennes dans notre patrimoine culturel".

 

 

Le bulletin 2004 de l'AVG contient un article de Claire König relatant , de façon détaillée , les conditions et les étapes de l'expérimentation. 

 

Cliquer sur les liens suivants : 


Segment 001 de Diaporama red.fer - J.Chauvet.AVG Segment 001 de Diaporama red.fer - J.Chauvet.AVG

Segment 002 de Diaporama red.fer - J.Chauvet.AVG Segment 002 de Diaporama red.fer - J.Chauvet.AVG


Repost 0
Published by avg85jc - dans Séances pratiques
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 19:21

 

 

" Rifting "

 

4 animations flash


      Académie de Rouen - SVT

 

 

 Ce logiciel d'animation permet visualiser la naissance d'une dorsale océanique et d'un rift, le phénomène d'expansion des fonds océaniques, l'extension des bassins de sédimentation en relation avec cette expansion, et le paléomagnétisme.

 

Photo-logiciel-Rifting.jpg

 

 

Cliquer sur le lien suivant:     http://svt.ac-rouen.fr/tice/rift/rift.htm 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by SVT Académie Rouen - dans Connaissances géologiques
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 12:10
Repost 0
Published by avg85jc - dans Excursions
commenter cet article
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 21:03

 

 

 

3ème partie 
 

 

 

 

Architecture et formation


du complexe granitique de Ploumanac'h

 

 

  


 Carte géol massif Ploumanach copie-copie-1

 

Carte géologique simplifiée du complexe granitique de Ploumanac'h

 

 

 

L'architecture du massif


Le massif de Ploumanac'h présente la forme d'un tronc de cône, entonnoir profond à section elliptique. Son  architecture  complexe  résulte  de l'emboîtement de trois groupes magmatiques  intrusifs mis en place successivement.

-  1er groupe magmatique : les magmas des granites à gros grain (ex : granite de la Clarté) et des roches basiques injectées simultanément (ex : gabbros de Ste Anne), ces dernières formant au nord du massif une masse importante située en profondeur.

- 2ème groupe magmatique : les magmas des granites divers à grain fin formant des dykes (lames épaisses) verticaux, de larges feuillets horizontaux et des filons qui occupent une large fraction centrale.

- 3ème groupe magmatique : les magmas des granites à grain moyen (granites de l'Ile Grande) formant une cloche asymétrique au centre de l'unité précédente.
     

 architecture complexe ploumanach

 

Esquisse interprétative synthétique de l'architecture du complexe de Ploumanac'h

(d'après Barrière, 1976)

 

 


Les différentes étapes de mise en place


Le complexe de Ploumanac'h se met en place à la fin de l'ère primaire ( Paléozoïque ) autour de 300 millions d'années c'est-à-dire en fin d'édification de la chaîne hercynienne ( dont le Massif Armoricain).

 

1ère Etape

Fracturation conique annulaire de la croûte terrestre avec individualisation d'un panneau qui, soit par effondrement dans le réservoir magmatique, soit par refoulement vers le haut à la manière d'un piston, permet l'intrusion des magmas des granites roses à gros grain accompagnés de roches basiques (gabbros au sens large).

Cette première venue magmatique s'accompagne  de fractures qui sont nourries de magmas à l’origine de granite à gros grain, de granite à grain moyen, d’aplites et de pegmatites qui recoupent le premier corps magmatique et le socle.

 

2ème Etape

Fracturation de la première unité dans ses parties centrale et méridionale permettant l'intrusion des magmas des granites du groupe intermédiaire qui se disposent selon les fractures en puissants feuillets horizontaux ou obliques, en dykes verticaux.

Ainsi se trouve réalisée une mégabrèche  avec d'immenses blocs de granite rose cimentés par les granites intermédiaires.

 

3ème Etape

Mise en place des granites gris de l'Ile-Grande à la faveur d'une nouvelle fracturation, selon une structure filonienne circulaire qui recoupe les granites intermédiaires.

 


Genèse des magmas du complexe


Les mécanismes de genèse des magmas à l'origine de la formation du complexe granitique de Ploumanac'h ne sont pas encore connus avec précision et font encore l'objet de discussions entre spécialistes.

 

Le scénario suivant peut néanmoins être proposé:

1- Remontée dans la croûte d'une intrusion de magma basique. Celui-ci va se différencier en donnant des liquides de plus en plus acides qui, en se mélangeant avec la croûte environnante (hybridation), vont aboutir à la formation des granites externes roses puis à celle des granites intermédiaires.

2- La très forte température du magma basique intrusif  induit  la fusion partielle de la croûte terrestre dans laquelle il se met en place. Ainsi se trouve expliquée la naissance des granites hyperalumineux de l'Ile-Grande qui occupent la partie centrale de l'édifice.

Le complexe de Ploumanac'h correspond à un mélange dans des proportions différentes d'un composant purement  issu du manteau (les roches basiques) et d'un composant purement issu de la croûte terrestre (les granites à muscovite et cordiérite).

Au fur et à mesure de la formation du complexe, les intrusions successives montrent une prépondérance des constituants de la croûte terrestre  sur les constituants du manteau.

 


Quel est le contexte géodynamique qui a permis cette remontée du magma basique ? 

 

Deux hypothèses peuvent être évoquées:

a- apparition d'une série de points chauds au sein de l'édifice hercynien.

b- formation d'un grand accident tectonique affectant la croûte et une parte du manteau sur 100 à 150 kilomètres de profondeur, induisant la fusion partielle du manteau péridotitique.

 

 

Jean CHAUVET

d'après des textes et schémas de Jean PLAINE

 

 

Bibliographie :

Joyau géologique du Trégor, le magmatisme composite du complexe granitique de Ploumanac'h

par Jean Plaine  -  http://ens.univ-rennes1.fr/geologie/granite-ploumanach/

 

Lien : Sortie géologique de l'AVG sur la côte de Granite rose - Parties 1-2

Repost 0
Published by avg85jc - dans Excursions
commenter cet article

Présentation

  • : Blog de l'Association Vendéenne de Géologie
  • Blog de l'Association Vendéenne de Géologie
  • : Ce blog présente des comptes- rendus de sorties géologiques , des photographies de roches et minéraux, des actualités géologiques , un calendrier des activités de l'AVG et des informations diverses adressées aux membres de l'Association.
  • Contact

Texte Libre

 

Nous vous invitons


à consulter notre nouveau site 

 

avg85.fr

 

Logo new 4 - Copie (2)

Partenaires

 

2013.10.24.Image Beautour

 

VENDEE Conseil logo horizontal copie

 

    images           

 

 

 

 

  

 


Archives