Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 04:55

La sortie de l'AVG du 3 juin 2012  dans le Pays d'Olonne , organisée par Jean-Luc et Monique Narcy avec la collaboration de Hendrik Vreken , Camille Jolly ,Christian Raffin et Jean Chauvet , comprenait 3 thèmes :

 

Thème 1 : Métamorphisme et Tectonique sur les sites de Sauveterre et de l'Anse de Chaillé.

Thème 2 : Paléo-palynologie et botanique sur le site du marais des Bourbes .

Thème 3 : Les marais salants de l'île d'Olonne.

 

 

      Carte-geologique-n-.jpg

Thème 1 - Site 3 : l'Anse de Chaillé

et

Synthèse sur les sites 1,2 et 3

 

 

 

 

En allant vers la Chaume, à l’Anse de Chaillé, on rencontre deux ensembles superposés :

 

- les orthogneiss clairs plissotés des Sables d’Olonne (ou de La Chaume) qui affleurent surtout au Sud de l’Anse ,

surmontés par les paragneiss sombres à biotite dominante sur sa bordure Nord, gneiss qui renferment du grenat, de la sillimanite et du feldspath potassique.

 A la limite de ces deux formations , on a plusieurs passages de gneiss « oeillés » coupés par des filons d’aplite ou de pegmatite : les feldspaths de plus ou moins grande taille forment des yeux en amande allongés dans la foliation Est-Ouest à plongement Nord comme on l’a déjà observé pour les grenats, les biotites et les chloritoïdes sur l’estran de Sauveterre.

Le point important à noter ici est que l’orthogneiss des Sables d’Olonne a atteint des conditions de pression et de température suffisantes pour commencer à fondre ( fusion partielle) et donner des migmatites.

 

Rappels sur l'orthogneiss des Sables d'Olonne:

Le protholithe de cet orthogneiss est un granite qui a été daté de 615 Ma donc briovérien.

- L’orthogneissification de ce protolithe granitique des Sables d’Olonne ainsi que son anatexie ont eu lieu à 388 ± 3,2 Ma donc au Dévonien moyen.

 

 

 L’effet de la fusion partielle se fait sentir par quatre principaux phénomènes :

 

- d’abord, la foliation de l’orthogneiss se plisse et s’estompe, la plasticité de la roche augmente ;

 - puis lorsque la fusion partielle débute, elle affecte surtout les lits quartzo-feldspathiques de l’orthogneiss : ainsi se forme le leucosome d’épaisseur centimétrique, les parties gneissiques toujours foliées (feuillets de l’ordre du mm) constituant le paléosome. Dans ces métatexites litées ou stromatiques, le leucosome concordant par rapport à la foliation présente toujours une taille de grain plus grande que celle du paléosome ; il est bordé de plus par un mélanosome souvent riche en biotite, minéral plus réfractaire à la fusion.

 - la fusion se poursuivant , le liquide granitique s’extrait de son protolithe, migre alors vers le haut en empruntant les fractures, les zones de faiblesse de la roche. L’accumulation du liquide magmatique dans les zones de cisaillement illustre de façon spectaculaire le rôle de ces déformations. Dans ces zones de cisaillement, le liquide collecté cristallise lentement sur place, donnant de nombreux amas de roche granitique à gros cristaux (pegmatites). Le leucosome envahit ainsi progressivement  l’orthogneiss.

 - lorsqu’enfin le taux de fusion devient important , c’est même un véritable magma granitique qui « monte » et cristallise. C’est ce qu’on peut voir au Sud immédiat de l’Anse de Chaillé : un véritable granite d’anatexie identique à celui que l’on peut observer 3-4 km plus au Sud au Puits d’Enfer. Le magma peut ensuite alimenter tout un réseau de filons de roches granitiques (aplite et pegmatite) qui lacèrent les terrains sus-jacents : ici, les formations gneissiques situées au Nord de l’Anse de Chaillé.

 

 

Sud de l'Anse de Chaillé

 

 

 

Chaille-1.jpg

 

 

Chaille-2.jpg

 

 

Chaille-3.jpg

  L’orthogneiss des Sables d'Olonne

 

Les 3 photos précédentes montrent l’apparition de zones de cisaillement dans l’orthogneiss rose des Sables d’Olonne. Au niveau de ces zones, la foliation se désorganise, les charnières ne sont plus visibles et la fusion débute comme l’atteste la formation de leucosomes à leur niveau.

 

 Chaille-4-copie-2.jpg

 Illustration du comportement devenu plastique de l’orthogneiss.

 

 

 Chaille-5.jpg

 Filon de leucosome sécant par rapport à la foliation de l’orthogneiss.

 

 

 Chaille-6.jpg 

« Envahissement » de l’orthogneiss par le granite d’anatexie.

 

 

 

Nord de l’Anse de Chaillé

 

 

 

DSC05880.JPG

 

Les nombreux filons d’aplite et de pegmatite dans les gneiss œillés roses ou gris peuvent être l’occasion de datations relatives !

 

 

 

 

Synthèse finale sur les 3 sites explorés :  


1. Falaise de Sauveterre - 2. Estran de Sauveterre - 3. Anse de Chaillé

 

 

 

 

HV synthèse 1

 

 

 

 

 

HV-synthese-2.jpg


 

 

Au Cambrien et au tout début de l’Ordovicien, les sédiments fins de la formation de Sauveterre se déposent dans un bassin subsident (en domaine de plate-forme sur croûte continentale) situé en bordure Nord du Gondwana. Ils proviennent de l’érosion de reliefs plus anciens, d’âge Cadomien et très certainement,  du domaine de l’anticlinal des Sables d’Olonne - Île d’Yeu qui devait être alors émergé ( rappel : magmatisme à l’origine du protolithe des orthogneiss des Sables d’Olonne daté de 615 Ma) .

 

Dès le Cambrien moyen, cette marge Nord du Gondwana est soumise à des forces de divergence comme l’attestent les nombreux filons de tuffites rhyolitiques et de pyroxénites basiques interstratifiés dans la formation de Sauveterre. Un tel volcanisme bimodal est en effet caractéristique d’une distension crustale : la  croûte continentale étant étirée donc amincie, cela entraîne une remontée des isothermes qui induit une fusion partielle de la base de la croûte continentale , voire du manteau lithosphérique .

 

Cette distension crustale va se poursuivre jusqu’à l’Ordovicien moyen. A la limite Ordovicien moyen – Ordovicien supérieur, la croûte continentale finit par se déchirer. Un océan apparaît : l’Océan Médio-européen ou Centralien et une micro-plaque se détache du Gondwana : la micro-plaque Armorica.

 

Cet océan s’élargit ensuite à la fin de l’Ordovicien et au Silurien inférieur. 

 

Remarques :

 

Aujourd’hui , l'océan centralien a complètement disparu mais les éclogites des Essarts en sont des reliques. Cela implique que tout ce qui est au Nord-Est du complexe des Essarts (Synclinorium de Chantonnay, Haut-Bocage vendéen ) appartient à la plaque Armorica et que tout ce qui se trouve au Sud-Est du même complexe soit le Bas-Bocage et la Vendée littorale appartient au Gondwana. 

 

Alors comment la formation de Sauveterre a-t-elle été métamorphisée et comment l’Océan Centralien a-t-il disparu ?

 

Tout est lié ! On admet que la disparition de l’Océan Centralien a débuté à la limite Silurien – Dévonien par subduction . Mais cette subduction de la croûte océanique a entraîné aussi celle de la marge Sud de l’Océan Centralien , c’est-à-dire  le Bas-Bocage et la Vendée littorale .

 

Bas-Bocage et Vendée littorale ont été alors métamorphisés au Givétien (Dévonien moyen) vers 388 Ma : métamorphisme de MT-MP de type barrowien et anatexie avant d’être exhumés en nappes au cours de la collision à la limite Dévonien – Dinantien et subir un rétrométamorphisme dans le faciès « schistes verts » .

 

 

 

      Auteur : Hendrik Vreken - AVG

Editeur : J.C - AVG

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by avg85HV.JC - dans Excursions
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog de l'Association Vendéenne de Géologie
  • Blog de l'Association Vendéenne de Géologie
  • : Ce blog présente des comptes- rendus de sorties géologiques , des photographies de roches et minéraux, des actualités géologiques , un calendrier des activités de l'AVG et des informations diverses adressées aux membres de l'Association.
  • Contact

Texte Libre

 

Nous vous invitons


à consulter notre nouveau site 

 

avg85.fr

 

Logo new 4 - Copie (2)

Partenaires

 

2013.10.24.Image Beautour

 

VENDEE Conseil logo horizontal copie

 

    images           

 

 

 

 

  

 


Archives