Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 19:15

 

De Juigné-sur-Loire à Doué-La-Fontaine

 

29 avril 2012    

 

 

Guide : Daniel Pouit , géologue ,médiateur scientifique

 

 

 2012.04.Anjou 2012

 

 

 

 

Arrêt n° 1  : les buttes ardoisières de Juigné-sur-Loire

et de Saint-Jean-des-Mauvrets

 

 

A la sortie de Juigné-sur-Loire puis de Saint Jean des Mauvrets, en allant en direction du golf, on découvre une zone forestière : le parc intercommunal des Garennes parsemée de buttes d’ardoises.

Cette zone est une ancienne carrière d'extraction d'ardoise à ciel ouvert et les buttes ne sont que les rebuts de l'exploitation ; en somme comme des terrils !

 

 

2012.04.Anjou-2005.JPG

 

2012.04.Anjou-2006.JPG

 

L'ardoise du Parc de La Garenne, comme celle d'Angers -Trélazé est un schiste qui a été daté de l'Ordovicien moyen par ses nombreux Trilobites (Formation des « Schistes à Calymènes » ). Cette roche s'est formée à partir de vases déposées dans une mer ordovicienne.

 

 Echelle stratigraphique

 


  Arrêt n°2  : les marnes à Ostracées à la base de la colline de St Saturnin-sur- Loire

 

 La petite route empruntée par le car longe un mur de pierres schisteuses. Lors de notre progression , sous le mur , la couleur de la roche change : de bleutée, elle devient blanche .Ce ne sont plus des schistes ardoisiers que l'on observe mais des marnes blanches , plus ou moins glauconieuses, très fossilifères , riches en Huîtres : Ostrea biauriculata, O. columba, O. flabellata et en Térébratules et Rhynchonelles.

 

2012.04.Anjou-2008.JPG

 

2012.04.Anjou-2010.JPG

 

anjou-p-014-copie.jpg

 

2012.04.Anjou-2136-copie.jpg 

 

2012.04.Anjou-2141-copie.jpg

 

Ces marnes à huîtres ont été datées du Cénomanien supérieur (Crétacé supérieur) et les fossiles qu'elles renferment indiquent la présence d'une mer peu profonde.

Les huîtres ne sont pas en place. Elles sont disposées pêle-mêle, les valves presque toujours séparées. Ce n'est donc pas à un banc d'huîtres en place que l'on a affaire ici mais à une accumulation post-mortem de coquilles ; il s'agit d'une thanatocénose.

Ces strates marneuses, à peu près horizontales, reposent en discordance , soit directement , soit parfois par l'intermédiaire d'un horizon de sables glauconieux , sur les schistes ardoisiers Ordoviciens .

 

Bref historique :

Lors de l'orogenèse hercynienne, qui a permis la formation du Massif armoricain à la fin de l'ère Primaire, tous les terrains paléozoïques dont les schistes ardoisiers de l'Ordovicien moyen ont été plus ou moins plissés.

Ensuite le Massif Armoricain a été érodé, pénéplané pendant tout le Permo-Trias. 100 millions d'années plus tard , au Crétacé supérieur, la grande transgression cénomanienne vient recouvrir les schistes ardoisiers redressés et déposer ses sédiments marins . La sédimentation s'est réalisée dans un premier temps sur des plaines deltaïques, peu à peu envahies par la mer au Cénomanien moyen (sables glauconieux verts) puis dans des domaines infralittoraux (marnes à huîtres).

 

 Echelle stratigraphique 


 


Arrêt n°3 : les grès sénoniens puis à palmiers du Mont Rude

(St Saturnin-sur-Loire)

 


1. Observations faites au pied de la Tour de l'observatoire

 

 La Tour, haute de 23 m et large de 3 m, est surmontée d'un belvédère d'où l'on découvre par temps clair un horizon de 40 km et près de 80 clochers !

2012.05.05.AVG sortie faluns.HV copie

 

Au pied de la tour, on peut observer un affleurement de grès (ancien sable) d'âge Sénonien (Crétacé supérieur).Il s'agit d'un grès roux à gros grains mal soudés entre eux qui s'effrite facilement pour donner du sable . On peut y voir des traces de stratification oblique.

 

anjou-p-025-copie-1.jpg


Sous les grès, à leur base, au même niveau que le parking, on observe également des blocs de conglomérat mais ils ne sont pas en place.


2012.05.05.AVG-sortie-faluns.HV_Image_10-copie-1.jpg

 

L’étage du Turonien (entre le Cénomanien et le Sénonien) est totalement absent.

 

 

2. Observations faites au pied de la façade de la Mairie de St Saturnin

(ancien château du Mont Rude)  et dans le Parc.

 



anjou-p-021.jpg

 

 

2012.04.Anjou-2018.JPG

 

 

Au pied du mur de façade, on observe également un bloc de grès renfermant des empreintes fossiles de feuilles de Sabalites andegavensis (Palmier). Ce grès a été daté du Bartonien inférieur (Eocène) par la faune et la flore qu'il contient. Les analyses palynologiques ont montré également la présence de bambous, de plaqueminiers (Ebènes) ... mais aussi du chêne et de graminées (Poacées). Tout indique un climat plutôt tropical à tempéré chaud.

 


 2012.04.Anjou-2019.JPG

 

 

2012.04.Anjou-2022.JPG

 

Ce grès est donc à peu de chose près contemporain des grès de Noirmoutier (Bois de la Chaise) et donc du fleuve Ypresis.Il provient de la grésification, au Cuisien, des formations gréso-sableuses du Sénonien.

 

  Echelle stratigraphique 


Bref historique :

A la fin du Crétacé supérieur, a eu lieu en effet une importante régression marine qui a exposé à l'air les sables Sénoniens et favorisé leur grésification. Le fait que l'on observe des racines de végétaux en place dans le grès (voir photos) montre que la silicification a eu lieu pendant ou après que les racines étaient en place dans le sable, les racines de végétaux ne pouvant traverser un grès compact et que c'est un phénomène rapide, à l'échelle de la durée de vie d'un végétal.

 

 Echelle stratigraphique 

 


2012.04.Anjou-2014.JPG

 

 

 

 


Arrêt n°4 : la Fosse au Nord des Forges

Visite de l'habitat troglodytique de Bernard Foyer dit Nanard !

 



2012.04.Anjou 2036

 

 

2012.04.Anjou 2030

 

 

Cette habitation troglodytique est construite dans le tuffeau du Turonien moyen (craie micacée).

Le mot « tuffeau » vient du grec : « tophos » qui désigne une pierre friable.

Le tuffeau est une variété de calcaire crayeux, blanchâtre, tendre et poreux, renfermant de nombreux éléments détritiques (micas, quartz) mais surtout des tests de Coccolithophoridés (algues brunes unicellulaires à coquille constituée de plaques calcaires ou coccolites).

 

 

2012.04.Anjou-2034.JPG

 

2012.04.Anjou-2035.JPG

 


2012.04.Anjou-2041.JPG

 

2012.04.Anjou-2051.JPG

 

2012.04.Anjou 2053

 

 

2012.04.Anjou-2054.JPG

 

 

 2012.04.Anjou-2057.JPG

 

2012.04.Anjou-2070-copie-1.JPG 

 

2012.04.Anjou-2071.JPG

 

2012.04.Anjou-2059.JPG

 

2012.05.05.AVG-sortie-faluns.HV_Image_35-copie-1.jpg

 

 

Les avantages d'une maison troglodytique selon Bernard Foyer:

 " La température intérieure : sans chauffage, autour de 8° l'hiver ;  autour de 20° l'été.

Donc un peu de chauffage est nécessaire en hiver mais moins que dans les maisons classiques et surtout il y a la possibilité d'aérer totalement dès les beaux jours ! On n'est pas des taupes !

C'est aussi le seul endroit où l'on peut manger les Pissenlits par la racine "  dixit Nanard !

 



 Arrêt n°5 : les Perrières de Doué- la- Fontaine

 


      1. Piquenique dans la carrière

 

2012.04.Anjou-2075.JPG

 

 

 

2. Observations faites dans la carrière de falun :

lamines , stratification oblique.

 

 

2012.04.Anjou-2115.JPG

 2012.05.05.AVG-strati-oblique.HV-copie.jpg

 

 

Le front de taille présente une superposition de différents bancs avec un assemblage complexe de lamines inclinées et de lamines horizontales.    

On observe dans le banc 4 des feuillets , des lamines inclinées , pentées vers le bas quand on se déplace de la droite vers la gauche de la photo. On parle de stratification oblique.

Ces feuillets sont tronqués assez brusquement vers le haut par les lamines horizontales du banc 5 ; en revanche , vers le bas , elles ont tendance à devenir tangentielles aux lamines du banc 3 , à devenir parallèles à elles.

Ces observations sont également valables pour le banc 6 .

 

Interprétation du géologue :

 Les bancs 4 et 6 étaient ,au moment de leur formation , des rides ou des dunes sous-aquatiques.Le courant qui a déposé les lamines de ces bancs se déplaçait de la droite vers la gauche de la photo.

 

Explication de la  formation des lamines et des différents bancs à l'aide de schémas. 

 

Considérons un courant plus ou moins fort se déplaçant de la gauche vers la droite :

2012.05.05.AVG sortie faluns.HV Image 38

 


 2012.05.05.AVG-sortie-faluns.HV_Image_39.jpg

 

d’après CHAMLEY Hervé - « Sédimentologie » - Editions Dunod

 

 

Le courant qui se déplace de la gauche vers la droite sur le schéma ci-dessus érode le versant amont de la ride ;les grains de sable sont entraînés par roulement vers la crête de la ride puis ils se déposent sur le versant aval .

 Sur le versant aval , dès que la pente dépasse le profil d'équilibre, une petite avalanche se produit et une lamine est créée.

La ride se déplace ainsi progressivement dans le sens du courant, son flanc amont toujours faiblement penté puisque soumis à l'érosion par le courant et son flanc aval où sédimente le sable, toujours davantage incliné , proche du profil d'équilibre.

La ride peut aussi prendre davantage d'importance si le courant l'approvisionne en sable par apposition de nouvelles lamines ; peuvent alors se former des vagues de sable ou des mégarides..

 

 Considérons un banc avec une base et un sommet horizontaux.

2012.05.05.AVG-sortie-faluns.HV_Image_40.jpg

 2012.05.05.AVG-sortie-faluns.HV_Image_42.jpg

 


Suivant le même phénomène , un second banc peut se former au-dessus , avec toujours des lamines orientées de la même façon, tronquées au toit du banc , incurvées en son milieu jusqu'à devenir tangentielles à son mur .

 2012.05.05.AVG-sortie-faluns.HV_Image_43.jpg

 2012.05.05.AVG-sortie-faluns.HV_Image_44.jpg


Supposons maintenant un changement de direction du courant . Un troisième banc va se déposer à lamines orientées dans le sens opposé. 

 

 

2012.05.05.AVG-sortie-faluns.HV_Image_47.jpg

 

Ainsi, en examinant la forme, la disposition des lamines, le géologue peut orienter un banc : localiser le haut ou toit et le bas ou mur.

 

Dans la carrière des Perrières, les bancs 4 et 6 montrent des lamines orientées comme celles du dernier banc sur le schéma ci-dessus. Le courant se déplaçait donc bien de la droite vers la gauche.

En revanche (voir photos ci-dessous), le banc 1 présente très nettement des lamines orientées dans le sens opposé, preuve que le courant s'est parfois totalement inversé.


 2012.05.05.AVG-sortie-faluns.HV_Image_48.jpg

Lamines du banc 1 orientées dans le sens inverse (de la gauche vers la droite

quand on va du haut vers le bas) de celles des bancs 4 et 6

 

2012.05.05.AVG-sortie-faluns.HV_Image_50.jpg

 Lamines du banc 1 et figures en épi ou arête de poisson .

C'est le moment pile-poil de changement de direction du courant.

 

Quelle est alors la signification des bancs 3 et 5 surtout à stratification horizontale ?

 

Les bancs à stratification plane constitués de lamines pratiquement horizontales de quelques mm à 2 cm d'épaisseur ou faiblement inclinées en raison de l'existence d'une paléopente douce indiquent une augmentation de la vitesse du courant qui écrête les rides ; les grains sont entraînés en abondance en une couche continue à la surface du fond.

L'étude détaillée du front de la carrière de falun permet ainsi de reconstituer l'hydrologie de la mer miocène, hydrologie certainement très complexe du fait des variations de sa profondeur , du climat de type tropical humide favorable à des « tempêtes » et encore plus complexe si l'on ajoute les apports en eau et en sédiments des fleuves à débit saisonnier qui devaient s'y jeter .

 

 

2. Visite des cathédrales troglodytiques

 

Les carrières souterraines des Perrières , à Doué-la-Fontaine , furent ouvertes entre le XVII etle  XIXème siècle pour l'exploitation du falun.Elles comprennent 50 salles souterraines hautes de 15 à 20 m à l'allure de cathédrales troglodytiques.


2012.04.Anjou-2107.JPG

 

 

 Mode d'exploitation:

 

Les pierreyeurs ou perreyeux faisaient une saignée rectiligne en surface, une tranchée de 1 m de profondeur environ puis taillaient des blocs de falun . Ils descendaient progressivement en ménageant une voûte en ogive permettant d'extraire plus de blocs tout en assurant la solidité du toit et donc du champ au-dessus carrier et cultivateur !

Lorsque cette partie du sous-sol avait été suffisamment exploitée, (atteinte du niveau de la nappe phréatique) ils refermaient la tranchée à l'aide de blocs de falun disposés à la façon d'une clé de voûte et apportaient le mètre de terre arable nécessaire à la reconstitution du champ. Une autre partie du champ était alors exploitée de la même manière.

 

2012.05.05.AVG-sortie-faluns.jpg

 

2012.05.05.AVG-sortie-faluns.HV_Image_54-copie-copie-1.jpg

 

La longueur d'une chambre correspond à 40 pierres de la clé de voûte.Plusieurs chambres adjacentes sont ainsi creusées ; elles sont séparées par des cloisons qui représentent de véritables murs mitoyens sous terre.

La chambre mitoyenne qui avait été exploitée  pouvait servir de poubelle ! On y jetait les rebus !

 

Produits extraits :

On y a extrait des sarcophages au pierrochet , des blocs de taille variable ( « douelle » de l'épaisseur d'une cloison, « parpaing » plus gros de l'épaisseur d'un mur ). Le quantité de blocs extraits dans une salle pouvait atteindre 8000 pièces.

 

Des champignonnières :

Les cloisons séparant les chambres ont été plus tard abattues pour le besoin des champignonnistes. En témoignent des chaudières destinées à remonter la température à 17°C et sur les parois, la présence de traces vertes de sulfate de cuivre , substance empêchant le développement des parasites sur le compost.

La nécessité de chauffer pour maintenir une température favorable au champignon entraînait un coût d'exploitation important  vu la dimension des salles.

Après le choc pétrolier de 1974 , la culture du champignon est transférée dans la région de Saumur .La craie Tuffeau du Saumurois est plus stable en température.

 

 


Arrêt n°6 : fouilles libres dans les faluns de Doué- la- Fontaine

 

 

 

2012.04.Anjou-2119-copie-1.JPG

 

 

2012.04.Anjou-2122-copie.jpg

 

2012.04.Anjou-2120.JPG

 

 

2012.04.Anjou-2133.JPG

 

 

On a coutume de distinguer deux faciès dans les faluns :

 

- le faciès savignéen (de Savigné-sur-Lathan, en Indre-et-Loire). Ce sont des calcaires gréseux ou des boues calcaires, riches en Bryozoaires, correspondant à une sédimentation en pleine mer, dans une eau assez profonde (autour de 50 m).

 - le faciès pontilévien (de Pontlevoy, en Loir-et-Cher). Ce sont des sables riches en débris coquilliers, mêlés de grains de quartz et de galets. La sédimentation s'est faite en zone littorale, entre 0 et 40 m de profondeur.

 Des faciès intermédiaires existent entre les deux faciès précédents. Par ailleurs, sur une même verticale, plusieurs faciès se succèdent généralement,témoignant d'une histoire complexe.

 

Les faluns sont d'âge Miocène moyen ( Cénozoïque - Ere tertiaire ) .

 

Echelle-stratigraphique-copie-copie-1.jpg

 

Echelle stratigraphique du Cénozoïque

 


Pour être tout à fait précis, une première transgression marine, caractérisée par le dépôt d'argiles, a eu lieu au Miocène inférieur (étage Aquitanien), autour de 23 millions d'années.

 A partir entre autres de l'étude des Mammifères, on s'est rendu compte qu'après ce premier épisode marin et son retrait, il n'y avait pas eu une mer des faluns, mais trois mers des faluns, séparées par des périodes d'émersion.

La plus ancienne de ces mers est celle qui a atteint la plus grande extension (correspondant à la carte ci-dessous). Les faluns de Touraine et du Blésois appartiennent à cette première transgression marine qui s'est étalée entre environ 16,5 et 15 millions d'années (étage Langhien, correspondant à peu près à l'ancien étage Helvétien).

 Après une période d'émersion, la deuxième mer des faluns n'a atteint que l'Anjou, entre environ 12,5 et 11 millions d'années (étage Serravalien supérieur). Le gisement de Doué-la-Fontaine appartient à cette époque.

 Après une nouvelle période de retrait marin, la troisième et dernière mer des faluns s'est étendue, comme la précédente, jusqu'en Anjou, entre environ 6 et 5 millions d'années (étage Messinien supérieur).

 

mer-des-faluns2-copie.jpg

 

Carte paléogéographique  schématique de la mer des faluns , il y a environ 15 Ma

( François Michel - Le Tour de France d'un géologue - Editions du BRGM)

 


Les fossiles des faluns sont à la fois abondants et variés.

 

Dans le faciès savignéen, correspondant à la pleine mer, on trouve un grand nombre de Bryozoaires, des Oursins, ainsi que des Mollusques (Huîtres et Pectinidés) à coquille en calcite (une des formes de cristallisation du calcaire). Les coquilles en aragonite (autre forme de cristallisation du calcaire) ou en calcite/aragonite des autres Mollusques ont été dissoutes. Mais on retrouve parfois leurs moules internes ou externes.

C'est dans le faciès pontilévien, correspondant à une mer plus littorale, que les fossiles sont les plus variés. Les Bryozoaires y sont quasiment absents mais, par contre, tous les Mollusques ont été conservés. On y trouve également des Coraux caractéristiques d'un milieu peu profond et chaud.

Les restes de Vertébrés peuvent se rencontrer dans tous les faciès. Leur coloration sombre est due à l'imprégnation par du dioxyde de manganèse. Les dents de Requins, de Raies et de Poissons osseux ont été trouvées en grande quantité dans la région de Savigné-sur-Lathan.

Les restes de Vertébrés terrestres (Reptiles et Mammifères) ont été apportés par les fleuves qui se jetaient dans la mer, lors des crues. Mais certains Vertébrés terrestres sont antérieurs aux faluns. Leur origine est à rechercher dans l'érosion des sables d'origine continentale du Miocène inférieur (étage Burdigalien), érosion par la mer elle-même ou par les fleuves qui s'y jetaient. De la même façon, on retrouve parfois dans les faluns des fossiles remaniés datant de l'ère secondaire, telles que les éponges du Sénonien.

Tous ces fossiles indiquent un climat chaud, de type tropical.

Les restes végétaux des faluns sont limités à quelques bois silicifiés mais les sables du Blésois ont préservé des pollens à peu près contemporains :

Bruyères, Graminées et Massettes, Pinus, Sequoia et autres Conifères, Carya (proche du Noyer), Quercus, Betula, Alnus, Ulmus et autres feuillus, etc.

Par rapport à la faune, ils indiquent donc un climat plus tempéré.

 

Photos de quelques fossiles récoltés par les adhérents de l'AVG

 

 

2012.04.Anjou-2124-copie.jpg

 

2012.04.Anjou-2126-copie.jpg

 

 

Fossiles-faluns.jpg

 

 

 

Récolte d'Alexis et Claude strannoloubski


030.JPG 

 

 Une dent de requin : Isaurus hastalis (ou Isogonthodus hastalis  d'après D.Pouit)

Une valve de Pectunculus glycimeris


031.JPG

 

032-copie.jpg

 

Fragments de faluns, localement plus ou moins consolidés...

 

Caractère commun à tous ces restes: ce sont des fragments brisés et portant les traces d'une importante abrasion = témoignage d'une intense détérioration mécanique d'une mer peu profonde- voire d'une sédimentation d'éléments d'une plage à " déferlement " .

 A la binoculaire (grossissement 30 et 60) : présence d'éléments quartzeux, de granulométrie majoritairement fine , tès arrondis.

La finesse et l'aspect émoussé de ces quartz suggère un transfert très long ou un remaniement de formations non locales.( Alexis Strannoloubski).

 

 

 

Hendrik Vreken ( Textes ) - Jean Chauvet ( illustration - mise en page)

Photos : Jean Chauvet - Hendrik Vreken - Alexis et Claude Strannoloubski

 

 

Dossier complet sur la sortie de l'AVG en Anjou par Hendrik Vreken

  2012.05.05.AVG sortie faluns.HV 2012.05.05.AVG sortie faluns.HV

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by avg85.HV.JC - dans Excursions
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog de l'Association Vendéenne de Géologie
  • Blog de l'Association Vendéenne de Géologie
  • : Ce blog présente des comptes- rendus de sorties géologiques , des photographies de roches et minéraux, des actualités géologiques , un calendrier des activités de l'AVG et des informations diverses adressées aux membres de l'Association.
  • Contact

Texte Libre

 

Nous vous invitons


à consulter notre nouveau site 

 

avg85.fr

 

Logo new 4 - Copie (2)

Partenaires

 

2013.10.24.Image Beautour

 

VENDEE Conseil logo horizontal copie

 

    images           

 

 

 

 

  

 


Archives